Sur le Rhône, on trouve des bacs depuis l'antiquité


bac

Ils transportaient les gens et matériaux d'une berge à l'autre
Les premiers bacs sont libres, dirigés à la rame ou avec de grands bois, il faut utiliser le courant et décrire une trajectoire


LE BAC A TRAILLE

La « traille pendulaire » facilite le travail du passeur.
Ce système emploie le principe de la captation d’énergie. Le bac est retenu par une corde (la « traille ») ancrée en amont, au milieu du fleuve et soutenue par des flotteurs. Grâce au courant et par l’action du gouvernail, la barque dérive d’un bord à l’autre en dessinant un arc de cercle autour du point d’amarrage.

La « traille traversière », améliore encore cette technique : de part et d’autre du fleuve, deux tours de hauteur suffisante pour laisser passer les bateaux sont reliées par un câble. Sur ce dernier, un système de poulies permet la fixation et le déplacement du bac par le biais d’un deuxième câble. La traversée est plus sûre et régulière.

hrsynth2



Le Rhône a longtemps séparé le Royaume de France (rive droite) et le Saint Empire Romain Germanique (rive gauche), soit en langage marinier, “ riaume ” et “ empi ”.

Le long du Rhône, on peut encore voir les tours, vestiges des trailles

IMG_8306

Puis le château de la Voulte sur Rhône. Le nom du village vient de Voltas, qui voulait dire méandre (du Rhône)

IMG_8310
IMG_8311





On voit de plus en plus de bateaux fluvio maritimes sur le Rhône


IMG_8313

Dans le sud, peu de pluie et début de sècheresse. Nous observons un feu au nord de Montelimar

IMG_8314